Time to say goodbye to unlimited Internet?/Est-ce la fin de l’Internet illimité pour tous?

This past January, Deloitte once again published its annual predictions to help us understand – and plan for – upcoming changes in Technology, Media and Telecommunications (TMT). According to its report entitled This way to the future, “it’s the end of the line for unlimited Internet”. You would expect such news to make waves, but strangely it only got a passing mention in a few select outlets.

In Canada and elsewhere around the world “The demand for data has already seen many mobile phone networks ease away from the ‘all-you-can-eat’ world and 2012 could be the year that a similar trend occurs in fixed-line broadband”[1]. In fact, demand in Canada has been growing at 30 percent per year, forcing the three big players in this market – Bell, Telus and Rogers – to react by throttling speeds and charging extra for data access during peak hours.

There are some who question the relevance of having Optical Regional Advanced Networks (ORANs) in place exclusively for research and education (R&E) institutions when large telecommunications companies could just as easily serve that community. I would respond by pointing out that research requires sharing large quantities of data with other institutions located in Canada and abroad, while education increasingly relies on high bandwidth real-time applications such as videoconferencing.

ORANs were created to address those needs and provide a way for R&E institutions to bypass any caps or limits commercial access providers might impose on traffic, even during peak times. Three areas in particular benefit from this initiative. Firstly, R&E institutions are able to share their discoveries with each other on their own private networks. Secondly, these institutions can directly access marquee content providers such as Google and Amazon, and bypass commercial Internet providers. Thirdly, educational institutions can enjoy a minimum of interference in their communications with their student population thanks to Internet exchange points such as QIX™ Service and TORIX. As members of RISQ, educational institutions connect to ORANs for their communications. Furthermore, part of their communications with their student population automatically connects through R&E networks.

Finally, while the private sector is rapidly adopting cloud computing in order to reduce its operational costs, this shift does not alleviate the increasing strain on commercial networks – quite the opposite, in fact. Thankfully, ORAN members do not need to concern themselves with such issues, since they will enjoy direct and reliable access to cloud computing providers, just as they benefit from a similar access to content providers today.

[1] This way to the future, Canadian TMT Predictions 2012. Deloitte


En janvier dernier, Deloitte a publié, comme chaque année, ses prédictions pour nous permettre de suivre, ou de survivre, aux principales tendances dans le secteur des technologies, des médias et des télécommunications (TMT). Son dernier rapport, intitulé En route vers l’avenir, prédit que « C’est la fin de l’Internet illimité ». Une petite bombe qui est passée presque inaperçue chez le consommateur non averti.

Au Canada, comme ailleurs dans le monde, « L’importance de la demande de données pousse déjà de nombreux réseaux de téléphonie mobile à restreindre le volume illimité de téléchargements et une tendance similaire pourrait se manifester en 2012 pour les lignes fixes »[1]. Les principaux Telco, Bell, Telus et Rogers contrôlent le marché canadien. Constatant une hausse de la demande de 30 % par année, il leur est venu l’idée d’écraser quelques orteils et d’imposer des tickets modérateurs pour soulager la congestion des réseaux aux heures de pointe.

On nous demande souvent ce que les réseaux optiques de recherche évolués, les RORES, apportent de plus au secteur de l’éducation et de la recherche que les grands télécommunicateurs ne peuvent leur offrir. La recherche implique le partage d’immenses quantités de données entre institutions canadiennes et internationales. La formation requiert l’accès à diverses applications, dont certaines en temps réel, telle la vidéoconférence.

Pour répondre à ces besoins spécifiques, les RORES permettent à leurs membres d’échanger avec d’autres établissements de R&E, d’accéder à des fournisseurs de contenu ou de communiquer avec leurs étudiants en contournant ou en évitant l’Internet commercial. Les établissements d’enseignement et de recherche peuvent échanger entre eux en utilisant principalement les RORES. Ils ne passent pas par l’Internet commercial et ne sont limités par aucun ralentissement de trafic, même aux heures de pointe. Pour atteindre les grands fournisseurs de contenu, comme Google
ou Amazon, les établissements de R&E bénéficient d’un accès direct, contournant l’Internet commercial. Dans les échanges entre établissements d’enseignement et étudiants, il est possible, encore une fois, de limiter au minimum les intermédiaires, grâce à l’existence de points d’échangeur Internet comme le Service QIXMC ou le TORIX. En tant que membres du RISQ, les établissements d’enseignement passent par les RORES. Une partie des échanges établissements-étudiants passent donc directement sur les réseaux privés de R&E.

En conclusion, si l’essor fulgurant des technologies de l’information pousse les entreprises et autres organisations à se tourner de plus en plus vers l’informatique en nuage pour réduire leurs coûts opérationnels, cela ne leur permettra pas d’éviter la congestion des réseaux publics. Au contraire, on verra la demande en bande passante exploser. Les membres des RORES ne feront pas face
à cette congestion, puisqu’ils bénéficieront d’un accès direct aux fournisseurs d’informatique en nuage, comme dans le cas des fournisseurs de contenu.

[1] Deloitte. En route vers l’avenir, Prédictions TMT canadiennes 2012.

From the future of broadband networks to the deployment of IPv6, the 21st annual RISQ colloquium is a success!


The 21st annual RISQ symposium RISQ 2011: à l’écoute de vos besoins (RISQ 2011: Listening to Your Needs) kicked off on October 25th with 164 attendees present, surpassing attendance numbers of the last three conferences. 

“The branding and theme of this year’s conference speaks volumes about the importance we place on our members,” said Michel Vanier, General Manager of RISQ.

One of RISQ’s goals has always been to maintain a tight-knit relationship with its members, which was emphasized in this year’s conference title, À l’écoute de vos besoins (Listening to Your Needs).

“This past year, we have put significant effort into this objective with the introduction of services that better address the needs and situation of RISQ members, along with direct measures which allowed our members to better use our network and manage their traffic more efficiently,” added Nancy Rancourt, director of Member Services and Operations.

Listening to Our Members

This year’s conference programming was planned around concerns members shared with RISQ throughout 2010 and 2011. Speakers delivered excellent presentations on “the future of broadband networks with the deployment of IPv6 and Web security” that were applicable to the daily lives of the participants. The results speak for themselves. Overall, 96.2% of 55 survey respondents said they were “very satisfied” with the conference and 98.1% “appreciated the quality of presentations”. Presentations from CANARIE (98% satisfaction) and RISQ (92.5%) were particularly popular, as were two workshops on the integration of IPv6 presented by Cisco (88.1%) and RISQ (87%). While these four presentations were the conference favourites, attendees were highly satisfied with the rest of the presentations as well.

What Does the Future Hold?

In the throes of developing a business plan for 2012-2015, RISQ is taking the time to consider its next steps, as evidenced by Michel Vanier’s presentation, which was peppered with open-ended questions. The multitude of opportunities and possibilities RISQ boasts in member services and network development suggests that its future is bright and that the organization is at a crossroads, not a dead end.

Technology for the Environment

At the previous colloquium, the RISQ team decided to cut down on paper as much as possible and maximize its use of available technology. This initiative had a positive impact on 94.3% of survey respondents. Apart from a few posters outside conference rooms, not a single printout was made or handed out to participants. Instead, attendees could view the entire conference schedule on their smartphones through a Quick Response (QR) code or directly from the conference website on giant computer tablets set up near the meeting rooms (imagine iPads with 32- to 40-inch screens!). To top it off, even the satisfaction survey was eco-friendly, as it was sent in an electronic format instead of on paper.

All in all, the 2011 RISQ colloquium was high-tech yet environmentally friendly!


De l’avenir des réseaux à large bande à l’intégration d’IPv6
La 21e édition du colloque du RISQ est un succès !

C’est devant quelque 164 participants qu’a été lancée la 21e édition du colloque annuel du RISQ, le 25 octobre dernier, sous le thème RISQ 2011 : à l’écoute de vos besoins. Un record de participation comparativement à 2007, 2008 et 2009.

« La signature et le thème de la 21e édition en disent long sur l’importance que nous accordons à nos membres », mentionne d’emblée Michel Vanier, directeur général du RISQ.

Depuis toujours, le RISQ met tout en œuvre pour maintenir une relation la plus étroite possible avec ses membres. L’équipe du RISQ a été à l’écoute des besoins de ses membres et le principal événement annuel en a été le reflet.  « Dans la dernière année, cet objectif a pris tout son sens avec la mise en place de services qui se rapprochent encore davantage des besoins et de la réalité des membres du RISQ, et cela, sans compter les réalisations sur le terrain qui ont permis à nos membres une utilisation plus performante du réseau et une gestion plus aisée de leur trafic », renchérit Nancy Rancourt, directrice Service aux membres et Exploitation.

À l’écoute de nos membres

Tout au long de l’année 2010-2011, les membres nous ont fait part de leurs préoccupations. Le programme 2011 a été bâti en fonction de ces préoccupations. De l’avenir des réseaux à large bande, en passant par l’intégration d’IPv6 et la sécurité Web, les conférenciers ont livré des prestations d’une grande qualité, tout en restant collés sur le quotidien des participants. Les résultats parlent d’eux-mêmes : dans l’ensemble, 96,2 % des 55 répondants au sondage nous ont indiqué être très satisfaits du déroulement général du colloque et 98,1 % d’entre eux ont apprécié la qualité des présentations. Les présentations de CANARIE
(98 %) et du RISQ (92,5 %) ont été particulièrement prisées, de même que les deux ateliers sur l’intégration d’IPv6 présentés par Cisco  (88,1 %) et le RISQ  (87 %). Bien que ces quatre présentations aient été les grandes favorites, le niveau de satisfaction à l’égard des autres présentations reste très élevé.

Que nous réserve le futur?

Michel Vanier a habillé sa présentation de signes d’interrogation; une ponctuation qui demande généralement une réponse ou qui invite à la réflexion. En pleine préparation du plan d’affaires 2012-2015, le RISQ est, en effet, en phase de réflexion. Il est sage de s’arrêter à l’occasion pour s’interroger sur l’itinéraire que nous empruntons. Le RISQ est à un carrefour, pas dans un cul-de-sac ! Une multitude d’opportunités et de possibilités s’offrent  au RISQ en matière de services aux membres et de développement du réseau. Le présent est garant du futur et le futur sera prometteur !

La technologie au service de l’environnement

Lors du dernier colloque, l’équipe du RISQ s’était mise comme défi d’éliminer le plus de « papier » possible et de maximiser l’utilisation de la technologie pour promouvoir son programme. Cette initiative a eu un impact positif auprès de 94,3 % des répondants. Outre les quelques affiches du programme disposées à l’entrée des salles de conférence, aucun document imprimé n’a été remis aux participants. Ces derniers pouvaient consulter l’ensemble du programme à partir de leur téléphone intelligent, grâce à un code QR, ou directement sur le site Internet à partir d’une tablette électronique géante qui se trouvait à proximité des salles de conférence. Imaginez votre iPhone en format 32 ou 40 pouces; c’est sur ces énormes tablettes que les participants pouvaient explorer le programme de la journée ! En ce qui a trait au sondage de satisfaction, on s’est également tournés vers la technologie en utilisant un logiciel de sondage électronique.

L’édition 2011 était technologique, mais écolo !

The RISQ is in great shape!

La version française suit – French version follows

Québec’s roads network may be giving motorists plenty of headaches, but judging by the successes of the most recent projects spearheaded by the Réseau d’informations scientifiques du Québec (RISQ), its network is as reliable and robust as ever. No doubt about it, the RISQ is in great shape!

Demands and expectations in telecommunications, a sector in the midst of sweeping changes, are increasing all the time. As is well known, in the space of a few decades, the telecom industry has seen a massive shift from analog systems to distributed digital technology.

One of the goals of the RISQ is to track, and even anticipate, when possible, the fast-paced evolution of telecommunications technologies; another is to respond to the specific needs of its members.

Three projects are deserving of particular attention as proof that the RISQ is forging ahead in these directions. Each reflects the new demands of telecommunications and new technologies, and each is a unifying project that stakeholders can rally around. One involves an institution of higher learning, and the other two are emblematic of the cultural and social vitality of Québec youth, in the performing arts and sports spheres respectively.

PoP implemented at the Cité du Savoir

 On June 11, the RISQ team proceeded to implement a point of presence (PoP) at the Cité du Savoir in Laval. With this connection, the  Université de Montréal campus set to open its doors in the fall of 2011 will be able to provide future users with access to all of the varied  content sources offered through the RISQ network. The multi-wavelength infrastructure will deliver high-level performance, enabling  Université de Montréal to operate an active backup site using four separate 10 Gbps wavelengths.

This new PoP brings significant benefits for all RISQ members. Each new PoP added actually increases the network’s robustness. This also  allows for provision of alternate access to members located off the Island of Montréal. Lastly, traffic is less dense, allowing the network to  retain its full flexibility.

CMIM 2011: RISQ lends expertise to Radio-Canada

 For this mandate, with the collaboration of Université du Québec à Montréal, the RISQ team installed equipment in the Pierre-Mercure concert hall of  Centre Pierre-Péladeau to assist Radio-Canada (the CBC’s French network) with its live Web broadcast of the Concours de musique international de  Montréal (CMIM) over the RISQ.

The interconnection made in the concert hall allowed Radio-Canada to broadcast performances by contestants in the music competition, held from May 23  to June 3, 2011, to several countries around the world, while ensuring superior stability, a high bit rate and very large upload and download capacities.  Mario Haché, Support Analyst with CBC/Radio-Canada Internet and Digital Services, said: “For this live-broadcast event, the RISQ enabled us to deliver  clear, fast and very fluid data transmissions to our Web users.”

The CMIM, which brings together the ideal conditions to ensure the highest possible level of artistry and an international reach as broad as it is  exceptional, is today considered as one of the country’s great artistic achievements.

2011 Québec Winter Games: RISQ gets into the sporting spirit

For its 46th edition, the Québec Winter Games in Valleyfield built an interactive website to ensure it could properly meet the informational needs of its various audiences. Online games and contests, webcasting—with live coverage of events provided on up to seven different channels at once—a photo gallery and an interactive zone were all accessible on the website throughout the nine days of the Games, from February 25 to March 7, 2011.

To meet the requirements of the organizers, participants and the many Web users, the RISQ installed a dedicated router with a 1 Gbps connection, ensuring maximum stability and sufficient bandwidth capacity to respond to user needs—for example, friends and relatives following the exploits of the young athletes on the site via live webcast.

This marks the second time that the RISQ has partnered with an event of this type. Up to now, the realm of sports events has been seldom served by the RISQ. Given the importance of sport for young people, the RISQ hopes to respond to needs from such clients more often in the future. In addition, this project allowed the RISQ to broaden its services a little more and, once again, to confirm the stability and reliability of its network.


Le RISQ est en grande forme !

Au Québec, pendant que le réseau routier donne des maux de têtes aux automobilistes, le succès remporté par les derniers projets du Réseau d’informations scientifiques du Québec (RISQ) prouve que son réseau est toujours aussi fiable et robuste. Le RISQ est en grande forme !

Les exigences et les attentes en matière de télécoms, un secteur en pleine mutation, sont de plus en plus grandes. On le sait, en quelques décennies seulement, ce secteur est passé d’une technologie analogique à une technologie numérique et distribuée.

L’un des objectifs du RISQ est de suivre, et même de précéder, quand c’est possible de le faire, l’évolution rapide des technologies de télécommunications, mais également de répondre aux besoins particuliers de ses membres.

Pour poursuivre sur cette lancée, trois projets méritent une attention particulière. Ils reflètent les nouvelles exigences en matière de télécommunications et de nouvelles technologies et ont tous les trois en commun d’être des projets rassembleurs. L’un est un haut lieu du savoir, les deux autres sont des emblèmes de la vitalité culturelle et sociale de la jeunesse québécoise.

Implantation d’un PoP à la Cité du Savoir

 Le 11 juin dernier l’équipe du RISQ a procédé à la mise en place d’un point de présence à La Cité du Savoir à Laval.

Grâce à ce raccordement, le campus de l’Université de Montréal, qui ouvrira ses portes à l’automne 2011, pourra offrir à ses futurs  usagers un accès aux diverses sources de contenus offertes par le biais du réseau du RISQ. L’infrastructure multilongueur d’ondes  fournira une performance de haut niveau qui permettra à l’Université de Montréal de disposer d’un site de relève actif utilisant quatre  longueurs d’ondes à 10 Gbps.

Ce nouveau point de présence ou PoP comporte des avantages notables pour l’ensemble des membres du RISQ. Chaque point de présence  supplémentaire permet de renforcer le réseau en augmentant sa robustesse. Cela permet également d’offrir un accès alternatif aux  membres localisés à l’extérieur de l’île de Montréal. Enfin, le trafic est mieux aéré et le réseau conserve ainsi toute sa flexibilité.

CMIM 2011 : Le RISQ offre son expertise à Radio-Canada

 Dans le cadre de ce mandat, grâce à la collaboration de l’UQÀM, l’équipe du RISQ a installé des équipements à la salle Pierre-Mercure du  Centre Pierre-  Péladeau afin de permettre à Radio-Canada de diffuser en direct le Concours de musique international de Montréal (CMIM)  en utilisant le RISQ.

Le branchement effectué à la salle Pierre-Mercure a permis  à Radio-Canada de diffuser du 23 mai au 3 juin 2011 les prestations des  participants au  concours dans de nombreux pays du monde, tout en bénéficiant d’une grande stabilité, d’un débit élevé et d’une grande  capacité de téléchargement et de  téléversement. Selon l’analyste de soutien Internet et services numériques de la SRC, Mario Haché, «  L’événement était diffusé en direct. Le RISQ nous a  permis d’offrir à nos internautes une transmission de l’événement claire, rapide et très  fluide ». Le Concours, qui réunit les conditions idéales pour se  situer au plus haut niveau artistique et s’assurer un rayonnement aussi  vaste qu’exceptionnel est aujourd’hui considéré comme l’une des grandes  réalisations artistiques du pays.

 Jeux du Québec Hiver 2011 : le RISQ a l’esprit sportif !

La 46e Finale des Jeux du Québec s’est dotée d’un site Internet interactif de manière à pouvoir répondre aux besoins informationnels de ses différents publics. Jeux, concours, web diffusion ─ Jusqu’à sept chaînes différentes diffusaient les Jeux en direct ─, galerie de photos, et une zone interactive étaient accessibles sur le site Internet des Jeux du Québec de Valleyfield durant les neuf jours de l’événement qui avait lieu du 25 février au 7 mars 2011.

Pour répondre aux besoins des organisateurs, des participants et des nombreux internautes, le RISQ a installé un routeur dédié avec un lien d’un Gbps pour favoriser le plus de stabilité possible et une capacité en bande passante capable de répondre aux besoins des utilisateurs, tels les parents et amis, par exemple, qui pouvaient suivre les prouesses des jeunes athlètes directement sur le site Internet par le biais de la webdiffusion.

C’est la seconde fois que le RISQ s’associe à un tel événement. Jusqu’à ce jour, ce secteur a été  peu desservi par le RISQ. En raison de l’importance que cela a pour la jeunesse, le RISQ souhaite pouvoir y répondre davantage dans le futur. Par ailleurs, ce projet a permis d’étendre encore un peu plus les services du RISQ et, encore une fois, de confirmer la stabilité et la fiabilité du réseau.

Innovation et infonuagique : le réseau du RISQ est prêt

On s’en souviendra, l’appel d’offres de CANARIE pour son nouveau et innovateur programme ATIR (Accélérateur Technologique pour l’Innovation et la Recherche), a offert  une opportunité extraordinaire à deux universités, dont l’un de nos membres, l’Université de Sherbrooke (RQCHP), d’être l’hôte d’un grand nœud de calcul interrelié par le réseau Canarie, tandis que l’extension du RQCHP est prise en charge par le RISQ.

La question qui se pose est : qu’est-ce qui a permis à l’Université de Sherbrooke d’être sélectionnée? La réponse est fort simple, mais tout de même extraordinaire. Deux facteurs ont contribué à sa sélection : d’un côté il y a l’expertise de son Centre de calcul scientifique (CSS), de l’autre, la connexion à très haute vitesse (10GE) dont elle bénéficie grâce à sa connexion avec le réseau du RISQ. Il  ne faut d’ailleurs pas oublier que ce membre institutionnel du RISQ possédait, entre 2005 et 2008, le plus puissant ordinateur au Canada (nom de code : Mammouth).

Les travaux servant à établir la communication entre les deux nœuds de calcul ont été complétés à la fin du mois d’avril; cela signifie que le RISQ participe activement au premier déploiement canadien d’un environnement de « cloud » au service de la recherche et du développement. La table est mise : cela nous amène à considérer l’avenir de l’infonuagique, pas uniquement à travers le réseau du RISQ, mais également à travers celui de son partenaire CANARIE et des autres réseaux régionaux.

Pour se prévaloir de services de « cloud» performants, cela nécessite des liens dédiés à large bande. Cela veut aussi dire que l’accès à un réservoir de ressources performantes, reconfigurables sur demande, mobilisables rapidement et distribuées géographiquement, en minimisant les ressources requises, est dorénavant une réalité, à la condition d’être supporté par un réseau fiable et robuste. Le RISQ se positionne donc avantageusement dans ce modèle grâce à sa présence géographique étendue, sa capacité de livraison rapide de circuits dédiés à très large bande (Jusqu’à 10GE) et à son réseau IP/MPLS de haute disponibilité. Ces caractéristiques permettront un accès aisé aux nouveaux services qui se développent dans le nuage pour les membres du RISQ.

Une bonne nouvelle en amène souvent une autre; l’avenir de l’infonuagique à travers le réseau du RISQ demeure au beau fixe, alors que les avancées techniques, permettant la concrétisation de ce modèle, semblent avoir atteint la maturité nécessaire à son exploitation.

Tarifier au débit ou au volume? Le RISQ se prononce…

Il y a un peu plus d’une semaine, le président du CRTC, Konrad Von Fickenstein, a annoncé son désir de mettre en force un mode de facturation à l’utilisation pour l’Internet. C’est le sujet chaud de l’heure. Si cette nouvelle règle est mise en application, elle aura, bien évidemment, un impact majeur chez les utilisateurs d’Internet.

« Est-ce une bonne ou une mauvaise décision? « Je n’ai pas la prétention de connaître les structures de coûts des FSI et je ne pointe personne du doigt face à cette  annonce, mais ça m’amène à réfléchir sur notre propre modèle d’affaires », dit Michel Vanier, directeur général du RISQ. Le modèle d’affaires du RISQ est très différent de celui des fournisseurs d’Internet commerciaux. Cependant, la question de la tarification au volume ou selon un autre modèle se pose depuis 20 ans, soit depuis la naissance de l’organisme.

Que ce soit comme réseau privé au service de l’éducation et de la recherche ou comme FSI, la question se pose. Dans notre cas, nous desservons deux secteurs de pointe qui nécessitent de très larges bandes passantes; en R&D et dans le secteur de l’éducation, la quantité de données transmise est variable, mais reste très élevée. Donc, la question de facturer au volume, au débit ou selon d’autres métriques s’est toujours posée.

La mission du RISQ et les enjeux auxquels font face nos membres du secteur de l’éducation nous ont toujours guidé dans nos décisions et ont, jusqu’ici, fait pencher la balance en faveur d’une tarification plus prévisible, donc indépendante du volume de données transmises. Pourquoi? Parce qu’avec le volume consommé par certains centres de recherche ou secteurs de pointe, si on facturait au volume ou à l’utilisation, ces derniers n’arriveraient probablement plus à se prévaloir de services de télécommunications. On mettrait un frein important à l’innovation et le RISQ irait totalement à l’encontre de sa mission.

Le grand avantage du RISQ, c’est justement de pouvoir offrir à ses membres cette grande capacité de transfert des données sans qu’ils soient facturés à l’utilisation. Cette façon de faire favorise nettement l’innovation. Notre réseau est puissant et il permet à des infrastructures de calcul de haute performance, tel Calcul Québec, ou même à des projets de recherche innovateurs comme CBRAIN, de transférer une quantité phénoménale de données sans qu’ils soient confrontés à des coûts tout aussi phénoménaux.

Pour les membres du RISQ : tarification au débit ou au volume? Définitivement pas au volume.